Présentation

L'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) a été fondée le 16 Novembre 1945. Depuis le 27 Octobre 1960, la Côte d’Ivoire est devenue membre de cette organisation.

A partir de 1992, la Côte d'Ivoire a pris l'option de nommer un Ambassadeur, Délégué Permanent auprès de l'UNESCO.

Le premier fut l'Ambassadeur Bakary Tuo Touré.

Il a été suivi parl'Ambassadeur Tanoh Yolande née BOUAH.

Puis l'Ambassadeur YAO-YAO Akissi KAN Odette.

L'actuelle Ambassadeur Déléguée Permanente depuis Juillet 2011 est Son Excellence Madame Denise Houphoüet-Boigny.

L'objectif que s'est fixé l'Organisation est de promouvoir la coopération internationale entre les 195 délégations permanentes à travers l’Education, les Sciences Exactes et Naturelles, les Sciences Sociales et Humaines, la culture et la communication et l'Information

La Délégation permanente de Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO assure un rôle de promotion des intérêts et des positions de la Côte d’Ivoire au sein de l’UNESCO. Elle assure la liaison entre l'Etat de Côte d'Ivoire et le Secrétariat de l'Organisation dont le siège est à Paris.

La Délégation permanente de Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO a pour tâche de coordonner la participation et la cohésion des politiques et actions des ministères des tutelles entrant dans les domaines de compétences de l’UNESCO à savoir: les Ministères chargés de l'Education nationale, de la Culture et Francophonie, de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, des Eaux et Forêts, de la Communication et de l'Information, de la Jeunesse et des Sports.

La Délégation Permanente travaille sous l'égide du Ministère d'Etat, Ministère des Affaires Etrangères, en lien avec le Ministère de l'Education Nationale qui représente la Côte d'Ivoire auprès de l'UNESCO et la Commission Nationale pour l'UNESCO, elle même dépendant du Ministère de l'Education Nationale.

Domaines d'intervention de l'UNESCO en Côte d'Ivoire:

L'UNESCO déploie son action en Côte d’Ivoire dans le domaine de l'Education, des Sciences Exactes et Naturelles, des Sciences Sociales et Humaines, de la Culture, de la Communication et de l’information.

Concernant son intervention, ses grands programmes prioritaires concernent:

-Les priorités en matière d'Education:

L'éducation de base pour tous, l'accent étant mis en particulier sur l'élimination de l'analphabétisme, l'éducation et la formation pour la prévention sur le VIH / SIDA,le renforcement des capacités des enseignants.
L'enseignement secondaire, y compris l'enseignement technique et professionnel et la formation ainsi que l'enseignement des sciences et technologies.
La promotion d'une éducation de qualité, l'accent étant mis en particulier sur l'éducation aux valeurs et à la formation des enseignants.
L'enseignement supérieur et la recherche scientifique.

-Les priorités en Sciences Exactes et Naturelles:

L'eau et les écosystèmes associés;
Océans;
L'intensification des capacités dans le domaine des sciences fondamentales et sciences de l'ingénieur;
La formulation des politiques scientifiques et la promotion d'une culture de la maintenance;
La promotion de l'application de techniques scientifiques d'ingénierie et des technologies adaptées au développement durable, à l'utilisation et à la gestion des ressources naturelles, à la prévention des catastrophes et l'atténuation de leurs effets ainsi que les sources d'énergie renouvelables.


- Les priorités en Sciences Sociales et Humaines:

Éthique des sciences et technologies, en particulier la bioéthique;
la promotion des droits humains et la lutte contre toutes les formes de discrimination, le racisme, la xénophobie et l'intolérance qui est associée
prospective, philosophie, sciences humaines, la démocratie et l'intensification de la sécurité humaine;
La gestion des transformations sociales (MOST)

-Les priorités dans le domaine de la culture:

La promotion de la diversité culturelle avec un accent étant mis sur patrimoine matériel et immatériel;
Les politiques culturelles ainsi que le dialogue et la compréhension entre les cultures et entre les religions;
Les industries culturelles et des expressions artistiques.

- Les priorités en matière de Communication et d'Information:

L'autonomisation de la population par l'information et l'accès au savoir, l'accent étant mis sur la liberté d'expression à travers l'adaptation aux nouvelles technologies de l'information et de la communication pour faciliter :

la promotion de la communication pour le développement;
la vulgarisation de l'utilisation des TIC dans un but éducatif, scientifique et culturel.

Flash info
arrow_upward